Copy
Voir cet email dans votre navigateur
Mercredi 25 mai 2022

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, promenons-nous dans les bois de Budapest en pleine renaissance, avant le grand saut dans les eaux thermales hongroises. Bonne lecture !

LE MOT
Városliget [va‧ro‧sli‧guette] : bois de Budapest

LE BOIS DE BUDAPEST SE REFAIT UNE BEAUTÉ.

Le gouvernement nationaliste de Viktor Orbán s’attaque à la rénovation du vaste bois de la capitale. L'objectif : attirer toujours plus de touristes dans la capitale hongroise. Bien qu’entamé il y a déjà dix ans, les musées et terrains de sport sortent enfin de terre. Un projet plébiscité par les locaux et les visiteurs. Antoine Bienvault s’est rendu sur place. À LIRE ICI

LE MOT
Termálfürdő [ter‧mal‧fur‧deu] : therme

DU BIEN-ETRE À LA POOL PARTY.

C’est l’un des passages obligés à Budapest : les thermes. Que vous soyez fêtard ou plutôt zen attitude, vous trouverez votre bonheur dans les bains traditionnels de la capitale hongroise. Vestiges de l’époque romaine, ces spas à ciel ouvert se transforment en gigantesques fêtes tous les week-ends. Avis aux touristes les plus téméraires… nous raconte Julie Ricco. À LIRE ICI.
LE MOT
Turista [tou‧rich‧ta] : touriste

LES THERMES SE TOURNENT VERS LES ÉTRANGERS

Ils sont immanquables, font partie du paysage hongrois. Les touristes l’ont bien compris et les entrepreneurs aussi. Délaissés par les locaux, les thermes s’orientent désormais vers les touristes étrangers. Dans ces enceintes, notre reporter Louis Valleau a entendu parler anglais, français, espagnol, mais très peu hongrois. Gérants, touristes, salariés… Tous vous expliquent comment ces lieux traditionnels se sont transformés en lieux presque exclusivement touristiques.  À LIRE ICI.

ILS SONT FOUS CES HONGROIS
Reçus comme des rois.
Avant d’arriver sur leur terrain de reportage en Hongrie, les journalistes de Magyarpart ont dû caler leurs rendez-vous et prendre contact avec leurs interlocuteurs sur place. Malgré la langue étrangère et la distance, la plupart d’entre eux ont été surpris par la faisabilité des prises de rendez-vous et la disponibilité des Hongrois. Nous imaginions que faire du reportage à l’étranger allait nous demander des efforts considérables dans la prise de contact. Mais la plupart de nos reporters n’ont fait face qu’à de bonnes surprises.
Merci de nous avoir lu. Rendez-vous demain pour votre nouvelle newsletter. D'ici là, vous pouvez nous suivre sur nos réseaux sociaux pour être à jour de nos aventures.
Twitter
Facebook
Instagram
Paprikast - Le podcast de Magyarpart
Magyarpart - Site internet
Copyright © 2022 CFJ Paris. Tous droits réservés. ​​Réalisée avec amour par Eva Huin, Sibylle de Barthez, Aliénor Bierer et les 50 autres étudiants de la promotion 76 du Centre de Formation des Journalistes.

Nous contacter :
magyarpart@protonmail.com

Envie de nous quitter ?
Vous pouvez changer vos préférences ou vous désinscrire de cette liste.