Copy
Voir cet email dans votre navigateur
Jeudi 2 juin 2022

Bonjour à tous ! Au programme de cette newsletter, nos reporters se sont frottés au tourisme et à ses dérives. Un nouveau sourire, ça vous tente ? Inès Chaieb s’est intéressée au tourisme dentaire à bas prix dans la capitale hongroise. Pas cher, mais non sans danger… Pas cher non plus, les bières budapestoises du quartier juif. Mais dans le coin, ce ne sont pas que les noctambules qui trinquent. Bonne lecture !

LE MOT
Diszkó [dis‧ko] : discothèque

BUDAPEST, LA FÊTE DE TROP ?

Haut lieu de la nuit européenne, la capitale attire toujours plus de noctambules en quête d’ivresse bon marché. Une situation qui déplaît fortement aux habitants. Ils seraient déjà plus de 10 000 à avoir déserté leurs appartements à cause des nuisances. Certains font de la résistance, mais la cohabitation avec les touristes, fêtards et propriétaires d’établissements nocturnes peut tourner au pugilat. Maxime Cliet Ruzza vous emmène au bout de la nuit. À LIRE ICI.

LE MOT
Fogorvos [fog‧or‧vos] : dentiste

BUDAPEST, ELDORADO DES EUROPÉENS À LA RECHERCHE D’UN NOUVEAU SOURIRE

Avec des tarifs jusqu'à 75 % plus bas qu’en France, des cliniques dentaires hongroises attirent des clients venus de toute l’Europe. Grâce à leurs infrastructures et des formules billets d’avion et hôtel compris en plus des soins, certains prestataires comme Kreativ Dental voient passer entre leurs murs plus de 400 clients par mois. Attention tout de même, ces pratiques à prix cassés peuvent comporter certains risques. À LIRE ICI.

À LIRE AUSSI

Les enterrements de vie de garçon sont à tous les coins de rue de Budapest. À la rencontre de ceux qui ont choisi la capitale hongroise pour une soirée mémorable mais aussi de ceux qui n’en veulent plus. Par notre journaliste Gabriel Chanéac.

ILS SONT FOUS CES HONGROIS
Au pays des bulles
Dans les commerces de Budapest, attention de ne pas vous tromper. Au rayon des eaux en bouteille, la plupart sont gazéifiées. Ce n’est pas forcément instinctif pour un Français, mais pour l’eau plate choisissez les bouchons roses. Une spécificité du pays qui vous sera aussi proposé d’emblée au restaurant. Il faut alors bien annoncer que vous préférez de l’eau minérale.
Merci de nous avoir lu. Rendez-vous demain pour votre nouvelle newsletter. D'ici là, vous pouvez nous suivre sur nos réseaux sociaux pour être à jour de nos aventures.
Twitter
Facebook
Instagram
Paprikast - Le podcast de Magyarpart
Magyarpart - Site internet
Copyright © 2022 CFJ Paris. Tous droits réservés. ​​Réalisée avec amour par Yovan Simovic, Lucie Fontaine, Aliénor Bierer et les 50 autres étudiants de la promotion 76 du Centre de Formation des Journalistes.

Nous contacter :
magyarpart@protonmail.com

Envie de nous quitter ?
Vous pouvez changer vos préférences ou vous désinscrire de cette liste.