Copy
envoyer à ses amis
si ce message n'apparait pas correctement, cliquez ici
pour répondre à cet email veuillez utiliser cette adresse : info@neosante.eu
Néosanté hebdo
mercredi 19 août 2015

Un ange gardien appelé cerveau

portrait de Yves RasirIl y a deux semaines,  j’ai fait une chouette expérience : une chute de vélo !  Comme chaque matin, j’ai enfourché ma bicyclette pour me rendre au bureau de Néosanté en empruntant à contresens une rue  à sens unique.  Je ne sais pas si c’est le cas ailleurs, mais en Belgique, les cyclistes ont le droit de déroger ainsi au code de la route.  Pour être moi-même de nature distraite, je sais cependant que je dois me méfier des piétons qui traversent sans regarder du côté interdit aux voitures. Bien que vieille d’une dizaine d’années, la  règle n’est pas encore  assimilée et rares sont les gens qui s’attendent à voir arriver un vélo. Je suis sur mes gardes et j’observe les passants qui font mine de quitter le trottoir, surtout celui de droite.  Mais ce matin-là, impossible d’anticiper : une jeune femme masquée par une camionnette a  subitement déboulé devant mon pneu avant !

Et là, miracle : je ne lui suis pas rentré dedans.  Quelques millisecondes avant le choc fatal, mes mains ont plongé sur mes deux freins en les écrasant de toutes leurs forces. Ce réflexe instinctif a eu pour effet de bloquer instantanément mes deux roues,  si bien que celle de derrière s’est soulevée et m’a projeté par dessus le guidon : un magnifique soleil, comme on dit dans le jargon vélocipédique, avant de me retrouver les quatre fers en l’air sur le macadam. Je vous rassure (ou vous déçoit, au choix) : malgré que je ne porte pas de casque,  je me suis sorti de cette culbute sans une égratignure, avec tout juste un petit hématome à  la cuisse. Sans doute ai-je été paracommando dans une vie antérieure, car je me suis réceptionné sur le bitume  de très agile manière, malgré mes 55 balais. Ni plaie ni bosse, vous dis-je,  et je me suis relevé tout de suite alors que l’étourdie se confondait en excuses tout en me demandant si je n’avais rien de cassé. La chute était certainement spectaculaire puisque d’autres piétons se sont précipités à ma rescousse. Secoué j’étais, blessé non.

Pour ça, j’adresse un grand coup de chapeau à mon cerveau. Pas mon cerveau conscient, bien sûr,  car je n’ai absolument pas eu le temps de penser à ce que je faisais. Ce qui m’a préservé de la collision, c’est le cerveau inconscient, archaïque et automatique, celui qui préside à toutes les réactions instinctives et irréfléchies pour assurer la survie et préserver l’intégrité corporelle.  En suivant les séminaires de biologie totale du Dr Claude Sabbah, j’avais appris que ce « super ordinateur » cérébral était capable d’analyser en une fraction de seconde des milliers d’informations sensorielles et de commander aux muscles la meilleure des attitudes. C’est par ce mécanisme, par exemple, que nous allons faire un pas en retrait  pour éviter la voiture qui nous fonce dessus.  Ou au contraire sauter vers l’avant  pour échapper au bolide. Le néocortex n’est absolument pas impliqué dans ce choix vital, c’est notre seul  cerveau animal.  Dans ses cours, le Dr Sabbah explique que l’entrée en maladie est identique à  l’évitement des accidents, dans la mesure où c’est aussi le cerveau inconscient qui opte pour la moins mauvaise des solutions. 

Mais ça, c’est une autre histoire. Revenons à mon saute-mouton par dessus le guidon : en apparence, mon ange gardien cérébral m’a épargné  un heurt brutal avec la femme surgissant de nulle part.  Un impact aux conséquences  peut-être plus douloureuses. Plutôt le soleil et une cuisse endolorie qu’une collision et un  éventuel choc de mon crâne sur celui de la dame. Le cerveau animal choisit toujours le moindre mal pour l’individu qui le porte. Quoique ! En méditant ma mésaventure,  je me suis rappelé  un autre enseignement « sabbahtique » : les êtres humains sont une espèce et se comportent comme telle. Comme des poissons dans un banc ou des mammifères dans un troupeau, ils sont en communication de « cerveau à cerveau » et leurs instincts de survie individuelle peuvent être subordonnés à ceux du  groupe. En l’occurrence, se pourrait-il que mes neurones de cycliste  se soient connectés  télépathiquement et ultrarapidement à ceux de la piétonne ? J’en fais volontiers l’hypothèse.

Car après tout, il n’est pas du tout sûr que ma chute m’ait préservé d’un moins bon scénario. Si je n’avais pas freiné, j’aurai buté sur l’imprudente et c’est surtout elle qui aurait dégusté, genre poignée de freins dans les côtes, fourche dans le fessier ou pédalier dans le péroné : bonjour les dégâts ! Si ça se trouve, de mon côté, je serais probablement resté sur ma selle, me serais économisé le salto avant et n’aurais même pas froissé mon quadriceps. Alors quoi, mon cerveau aurait-il ordonné mon « sacrifice » par masochisme ?  Par galanterie ? Par altruisme ?  Par charité chrétienne ?  Je pense plutôt qu’il n’a pas décidé seul et que celui de la future victime a participé au scrutin. Nos deux boîtes crâniennes connectées ont voté à l’unanimité pour la meilleure solution globale convenant à tous les deux : à moi une légère  contusion, à elle une simple petite frayeur.  Individuellement, l’accident m’aurait privilégié.  Collectivement, c’est du gagnant-gagnant. Je fais donc le pari que nos anges gardiens respectifs se sont accordés à la vitesse de la lumière et que mon soleil a salué la conclusion de l’accord. Cela semble un peu fou, et même beaucoup,  mais tous ceux qui s’intéressent un peu aux neurosciences  et à la physique quantique  hésiteront avant de me passer la camisole. Moi, ça ne me dérange pas de la porter si mes divagations introduisent quelque peu à la magie de la vie.

En guise d’épilogue, venons-en maintenant à la cerise sur le gâteau de cette belle expérience : le soir-même, je suis tombé… malade. J’avais de la température, une pointe de bronchite, la gorge enrouée et un ganglion gonflé, bien évidemment du côté droit, celui de l’ « attaque » latérale matinale.  En cette chaude journée d’été, j’avais très clairement somatisé la menace sur ma vie et l’émotion intense qu’elle avait suscitée. En parfaite conformité avec la médecine nouvelle du Dr Hamer,  ce sont mes poumons et un ganglion qui ont assuré la réparation biologique du surstress psychique provoqué par la peur d’y passer.  Et en parfaite adéquation avec la découverte hamérienne sur l’évolution biphasique des maladies, la fin des symptômes s’est produite à égale distance horaire de leur commencement : puisque la « masse du conflit » était minime et que j’étais déjà guéri  de ma frousse en me relevant indemne, il était logique que ma petite bronchite et mon enflure ganglionnaire s’achèvent 12 heures plus tard.  Et de fait, je me suis réveillé le lendemain en pleine forme, avec tout juste la voix encore un peu rauque.  En remontant sur ma bécane,  j’ai remercié mon cerveau de veiller sur moi et de veiller aussi sur mon prochain….

Yves Rasir

PS :  Aux abonnés de la newsletter (gratuite) qui ne sont pas encore  abonnés à la revue mensuelle (payante), je rappelle qu’ils peuvent le faire en ce moment à des conditions exceptionnelles: tarifs avantageux  et nos  trois derniers numéros offerts si vous vous abonnez maintenant en cliquant ici.

envoyer à ses amis
pour répondre à cet email veuillez utiliser cette adresse : info@neosante.eu

Offre de la semaine

Les maladies, mémoires de l'évolution

Le livre « Les maladies, mémoires de l’évolution », du Dr Robert Guinée, vient d’être réédité aux éditions Néosanté.  C’est l’ouvrage de référence de la nouvelle médecine du sens ! Avant son arrivée en librairie et sa vente officielle au prix de 75 €, vous avez encore la possibilité d’acheter ce livre de 560 pages en direct, au prix  exceptionnel de 60 € , frais de port compris  (à l’exception du Canada).  Pour en profiter, allez  dans la boutique de notre site et cliquez à gauche sur la  catégorie « promotion ».

disponible sur www.neosante.eu :
Le  numéro 47 (juillet - août 2015) de Néosanté, revue internationale de santé globale.
couverture du numéro 47
envoyer à ses amis
pour répondre à cet email veuillez utiliser cette adresse : info@neosante.eu
se désinscrire - s'inscrire