Copy
Si cet email ne s'affiche pas correctement, vous pouvez le consulter en ligne en cliquant ici

Retour sur match

NARBONNE 3-2 AJACCIO

04 février 2017

À l'heure où il faudra payer les musiciens, le Narbonne Volley repartira sans doute une main devant, une main derrière. En revanche, malgré son parcours, il aura le droit de se regarder dans une glace et à travers lui ses joueurs.

Au moment des comptes, on pourra toujours leur reprocher le classement, mais certainement pas leur attitude et leur investissement. Combien d'équipes, en pareille situation, auraient coulé corps et âmes ? Pas les Centurions et c'est tout à leur honneur comme à celui du staff qui réussit, jour après jour, à maintenir le groupe en vie.

Ceux qui étaient au Palais, samedi soir, ont pu voir en chair et en os des joueurs tout donner sur le parquet et une équipe qui, malgré les pépins et les absences, refuse de tomber sans se battre. "Une nouvelle fois, elle m'a sidéré par sa cohésion et son abnégation", souligne le président Jérémie Ribourel. Et se battre a été nécessaire pour arracher - enfin - une première victoire méritée, au bout de 2h35 de lutte face à Ajaccio, une des meilleures équipes de la Ligue A. "C'est une récompense pour des garçons qui travaillent bien la semaine et ne lâchent pas", se félicite un Tristan Martin, très ému au coup de sifflet final.

Ce succès est également un soulagement dans la mesure où le Narbonne Volley collectionnait les défaites. Une goutte d'eau dans l'océan certes, mais une goutte d'eau potable et qui fait tellement de bien. "C'est pour le club et toute l'équipe", dira un Florian Kilama à bout de force. Un guerrier qui a joué blessé pour le bien des siens. Il n'y a rien à ajouter...

Coupe de France

Dimanche, à Hyères, les minimes du Narbonne Volley se sont qualifiés pour le sixième tour de la Coupe de France (0-2 contre Hyères et 2-0 face à Sennecey). Bravo à eux !

Si vous ne souhaitez plus recevoir cet emailing, vous pouvez vous désabonner ici.
Email Marketing Powered by Mailchimp