Copy
Si cet email ne s'affiche pas correctement, vous pouvez le consulter en ligne en cliquant ici

Retour sur match

NARBONNE 0-3 NANTES

14 janvier 2017

"Nous sommes toujours en vie", martelait Tristan Martin, samedi dernier, dans un entretien accordé au site de la LNV. S'accrochant à la vérité mathématique, l'entraîneur des Centurions voulait affirmer que son équipe n'allait pas couler sans s'être accrochée aux moindre débris du bateau. Mais la mer est tout de même agitée du côté du Narbonne Volley. La litanie des revers touche forcément les esprits, même les plus forts. La succession des blessures ajoute sa quote-part à l'entreprise d'usure mentale.

On peut se croire en vie et subir les vents contraires. Le scénario du match contre Nantes en est, lui, la parfaite illustration. La perte du deuxième set (23-25) a démontré que la chance n'était décidément pas du côté des Centurions. De cet énième coup sur la tête, ils ne se sont pas remis. Il est parfois bien difficile de remonter des pentes abruptes et glissantes. Un long calvaire d'une vingtaine de minutes a résumé ce que pouvaient vivre actuellement les joueurs. Malgré la solidarité et l'état d'esprit dont ils font preuve depuis le début de cette saison si délicate.

Jeudi, le Narbonne Volley reçoit Nice. Il est aujourd'hui davantage question d'orgueil que de perspectives sportives. Défendre un blason, des couleurs, un club. Au-delà d'un maintien qui n'est plus suspendu qu'à un fil. Et puis s'il reste encore une lueur qui brille, elle ne doit pas s'éteindre jeudi. Rien n'est pire que l'obscurité des longues nuits d'hiver. Alors, tous derrière les Centurions, jusqu'au dernier souffle.

Coupe de France
Les minimes ont franchi, dimanche dernier, le quatrième tour de la Coupe de France. Bravo à eux et merci à tous ceux qui sont venus les encourager.

Si vous ne souhaitez plus recevoir cet emailing, vous pouvez vous désabonner ici.
Email Marketing Powered by Mailchimp