Copy
Si cet e-mail ne s’affiche pas
correctement, cliquez ici S.V.P.
Edition 04
02 mars 2018
Tweet
Share
Share
+1
Forward
Emploi et travail sont à l’honneur dans cette nouvelle édition de notre newsletter. Alors que l’Union européenne est sur le point de signer un accord de libre-échange avec les Etats membres du Mercosur, la Suisse doit éviter d’être mise à l’écart selon Patrick Dümmler. Fabian Schnell s’intéresse aux crypto-monnaies et à la nécessité ou non d’un crypto-franc pour la BNS. Peter Grünenfelder s’inquiète de la pénurie d’employés qualifiés dans le domaine des MINT et regrette que l’augmentation de l’âge de la retraite ainsi que la libre circulation des personnes restent fortement contestées. Enfin, comment évaluer l’idée d’une taxe sur les robots d’un point de vue économique ? C’est la question que se pose Marco Salvi.

De plus, Avenir Suisse organise le 22 mars 2018 son prochain Carrefour des idées sur le thème de La sécurité sociale à l’ère digitale, à l’Impact Hub de Genève. La manifestation est ouverte au public.

 
Bonne lecture !
Tibère Adler, directeur romand

La Suisse à l’écart ?

En Amérique du Sud, l’industrie suisse des exportations risque d’être bientôt hors-jeu, en raison de la conclusion imminente d’un accord de libre-échange entre l’UE et les pays du Mercosur. Cet accord mettra sous pression les exportateurs suisses, désormais désavantagés par rapport aux exportateurs de l’UE. La Suisse négocie également un accord avec le Mercosur dans le cadre de l’AELE, mais l’ouverture du marché aux importations agricoles constituera un véritable test. Il faut maintenant s’attaquer à ce sujet brûlant et surmonter la résistance du lobby agricole. Pour Patrick Dümmler le maintien du statu quo n’est plus suffisant.

UE – Mercosur : la Suisse bientôt hors-jeu ?

La BNS n’a pas besoin de « crypto-francs »

Fabian Schnell s’intéresse à la possibilité d’émettre des crypto-monnaies pour la Banque nationale, d'après le modèle suédois avec l'e-couronne. Cependant, un franc suisse BNS numérique n’est pas nécessaire selon lui. La conception décentralisée des crypto-monnaies est aux antipodes du principe de banque «centrale» et même si la valeur des crypto-monnaies était stable, ces dernières ne pourraient pas concurrencer le franc. A l’ère des crypto-monnaies, la Banque nationale dispose de suffisamment d’instruments pour mettre en œuvre sa politique monétaire. Un projet comme celui-ci serait davantage motivé par la suppression de l’argent liquide que par une nécessité de politique monétaire.

Un nouveau modèle monétaire grâce aux technologies numériques ?

Une pénurie d’employés qualifiés

Un cinquième des entreprises déclare avoir des difficultés pour engager des employés qualifiés. La pénurie est particulièrement importante dans les domaines MINT. Afin de faire face à la demande d’employés des entreprises suisses, soit l’âge de la retraite devrait être relevé, soit le pays devrait rester ouvert à la migration professionnelle. Pourtant ces deux options sont contestées politiquement, ce que regrette Peter Grünenfelder.

Seules les compétences qui comptent

Devons-nous taxer les robots ?

Selon Marco Salvi, une taxe sur les robots serait un mauvais service rendu aux employés. En effet, contrairement aux idées reçues, l’introduction de nouvelles technologies n’a pas fait reculer la demande de travail. C’est aussi la raison principale pour laquelle de nombreux Etats encouragent le développement technologique au lieu de le taxer.

L’innovation ne devrait pas être taxée

Evénement à venir : La sécurité sociale à l’ère digitale, 22 mars 2018

Carrefour des idées
Avenir Suisse a le plaisir de vous inviter à son prochain Carrefour des idées, qui aura lieu le 22 mars 2018, dès 11h45, à l’Impact Hub de Genève. Ouvert au public, mais avec inscription obligatoire en suivant ce lien.

Comment les avancées, en matière de numérisation, influencent-elles le monde du travail helvétique ? Quelles sont les implications des nouvelles formes de travail pour la couverture sociale ? Face à ces évolutions, comment favoriser la création d’une sécurité sociale individuelle sans entraver le développement de modèles d’affaires innovants ?

Dans cette conférence-débat modérée par Tibère Adler, directeur romand d’Avenir Suisse, Alexandre Molla, directeur général d’Uber Suisse romande, Véronique Polito, membre du comité directeur du syndicat Unia et Me Jacques-André Schneider, avocat spécialiste du droit du travail et des assurances sociales, débattront sur ce sujet.

Plus d’informations sur notre site web : La sécurité sociale à l’ère digitale.

Nos publications actuelles

Image Une politique hospitalière saine
Une politique hospitalière saine
image les hautes écoles suisses
Les hautes écoles suisses - Plus d'excellence, moins de régionalisme
avenir spécial Tessin
avenir spécial Tessin
Twitter
Facebook
Google Plus
LinkedIn
YouTube
RSS
Instagram
Website
Copyright © 2018 Avenir Suisse

Avenir Suisse
9, rue du Prince
1204 Genève
Suisse
www.avenir-suisse.ch
A propos de nous
Disclaimer
S'abonner à notre newsletter en allemand
Actualiser votre profil
Se désinscrire de la newsletter

Afin d'éviter que la newsletter n'apparaisse dans vos spams, ajoutez newsletterFR@avenir-suisse.ch à votre carnet d'adresses.






This email was sent to <<Adresse e-mail>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Avenir Suisse · 9, rue du Prince · Genève 1204 · Switzerland