Copy
GLSLCI Mayors Go to Washington to Protect the Great Lakes and St. Lawrence

A delegation of mayors from the Great Lake St. Lawrence Cities Initiative (GLSLCI)  went to Washington last week as part of Great Lakes Days on Capitol Hill to ensure that the concerns of our members are being heard in both the Senate and House of Representatives.

Over the course of two days, the delegation representing the GLSLCI focused its discussions on the erosion of the shorelines in the Great Lakes Basin, the continued threat of the Asian Carp, negating the causes of algae blooms and the impacts of micro plastics in our waters.

“Our communities are facing an unprecedented situation on the Great Lakes and St. Lawrence.  We are expecting the lake levels to continue to rise well into the summer and the damage has been unprecedented,” said Sheboygan Mayor Mike Vandersteen, Vice Chair of the GLSLCI.  “We discussed the need to work with both, the Army Corp of Engineers and Congress to not only rebuild failing revetments, but to be able to qualify for funding to enhance infrastructure that will protect our communities from the expected future rise of Great Lakes water levels.” 

Waukegan Mayor Sam Cunningham also raised concerns about flexibility in legislation. “Currently FEMA funding and grants made available from the GLRI are not flexible enough to assure the protection of our infrastructure,” Cunningham said.  “The focus of FEMA funding is on rebuilding, not on preparing our infrastructure for the continued rise of waters.  We look forward to working with our Great Lakes Congressional Delegation to assure that there is a comprehensive plan in place and flexible funding plans legislated to proactively protect our communities from the threats posed by climate change.”

As the GLSLCI is a bi-national organization, the delegation also included St. Catharines Mayor Walter Sendzik as well as Niagara Falls, Ontario Mayor Jim Diodati.

“The funding by the Federal and State governments are just as important as the Federal and Provincial government in Canada,” explained Mayor Sendzik. “This was our opportunity to discuss what Canadian communities on the Great Lakes and St. Lawrence River are doing to protect our water ways. It was impressive to see the commitments and leadership by members of the Congress and the Senate.”

“Niagara Falls is a great example of a bi-national community that is known around the world,” said Mayor Diodati. “With more than 14 million visitors annually, the health of the Great Lakes affects the ecology and economy of more than 40 million people who live in the Great Lakes Basin. It was great to see so much support for the work of the GLSLCI.”

Les maires de l’Alliance se rendent à Washington pour protéger les Grands Lacs et le Saint-Laurent.

Une délégation de maires de l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent s'est rendue à Washington la semaine dernière dans le cadre des Journées des Grands Lacs au Capitole pour s'assurer que les préoccupations de ses membres soient entendues au Sénat et à la Chambre des représentants.

Sur deux jours, l’Alliance a concentré ses discussions sur l'érosion des rives dans le bassin des Grands Lacs, sur la menace persistante de la carpe asiatique, sur la lutte à la prolifération d'algues et sur les impacts des microplastiques dans nos eaux.

« Nos communautés font face à une situation sans précédent aux rives des Grands Lacs et du Saint-Laurent. Nous nous attendons à ce que les niveaux d’eau continuent d'augmenter, et ce même au courant de l'été. Les dégâts sont sans précédent », a déclaré Mike Vandersteen, maire de Sheboygan et vice-président de l’Alliance. « Nous avons discuté de la nécessité de travailler avec l'Army Corp of Engineers et le Congrès non seulement pour reconstruire les revêtements défaillants, mais aussi pour être en mesure de bénéficier d'un financement pour améliorer les infrastructures qui protégeront nos communautés de l’attendue augmentation des niveaux d'eau des Grands Lacs. »

Le maire de Waukegan, Sam Cunningham, a également fait part de ses préoccupations concernant la flexibilité de la législation. « Actuellement, le financement de la Federal Emergency Management Agency (FEMA) et les subventions mises à disposition par l’Initiative de restauration des Grands Lacs ne sont pas suffisamment flexibles pour assurer la protection de notre infrastructure », a déclaré M. Cunningham. « Le financement de la FEMA est axé sur la reconstruction, et non sur la préparation de notre infrastructure pour la montée continue des eaux. Nous sommes impatients de travailler avec notre délégation du Congrès des Grands Lacs pour nous assurer qu'il y un plan en place ainsi que des plans de financement flexibles pour proactivement protéger nos communautés contre les menaces posées par les changements climatiques. »

Comme l’Alliance est une organisation binationale, la délégation comprenait les maires de St. Catharines, Walter Sendzik, et de Niagara Falls en Ontario, Jim Diodati.

 « Le financement du gouvernement fédéral américain et des États est tout aussi important que le gouvernement fédéral et provincial au Canada », a expliqué le maire Sendzik. « C'était l'occasion de discuter de ce que les collectivités canadiennes des Grands Lacs et du Saint-Laurent font pour protéger nos voies navigables. C'était impressionnant de voir les engagements et le leadership des membres du Congrès et du Sénat. »

 « Niagara Falls est un excellent exemple d'une communauté binationale connue dans le monde entier », a déclaré le maire Diodati. « Avec plus de 14 millions de visiteurs par année, la santé des Grands Lacs affecte l'écologie et l'économie de plus de 40 millions de personnes vivant dans son bassin. C'était formidable de constater autant de soutien pour le travail de l’Alliance. »

Une autre délégation de maires se rendra à Ottawa les 21 et 22 avril prochains. Pour plus d'informations, veuillez contacter Eamonn Horan-Lunney à
Eamonn.HL@GLSLCities.org.
PRESS RELEASE
$1 billion needed to protect the St. Lawrence River
QUEBEC CITY, March 10, 2020 — The Great Lakes and St. Lawrence Collaborative today released Action Plan 2020-2030 for the Future of the St. Lawrence at Salon des technologies environnementales du Quebec (Salon des TEQ). The Action Plan calls for an investment of $100 million per year over 10 years by the Federal Government to better protect the Saint-Laurent region, its quality of water and the health of its residents from the impacts of climate change and toxic substances.

Action Plan 2030 was initiated by five organizations in Quebec and Ontario and co-led by Jean Cinq-Mars, former Commissioner for Sustainable Development of Quebec, and Gord Miller, former Ontario Commissioner of the Environment. The work, undertaken over a 9-month period with the involvement of 80 experts, stakeholders and First Nations representatives, resulted in 12 key recommendations to address four challenges facing the Saint Lawrence river:
1. repeated flooding, coastal erosion and the vulnerability of communities along the Saint Lawrence as a result of climate change;
2. loss of nutrients like phosphorus used in agriculture that contribute to the growth of harmful algal blooms and the creation of areas of hypoxia;
3. bacteriological contamination from untreated wastewater and agricultural sources that pollutes beaches and reduces public access to the St. Lawrence;
4. the release of toxic substances and other harmful and emerging pollutants into the St. Lawrence, Quebec’s principal source of drinking water.

Among the twelve recommendations, the Collaborative calls on governments to provide municipalities with technical assistance and outreach to assist them with adapting and building resiliency to impacts associated with climate change. Furthermore, the Action Plan recommends a significant improvement to wastewater treatment infrastructure to more effectively remove nutrients and toxic substances. There is also a need for the Federal and Quebec government to work together with farmers to ensure their competitiveness in food production while at the same time better protecting water resources.

"Our government is committed to protecting the St. Lawrence River. Its basin contains a population of nearly five million Canadians and abundant biodiversity. However, it now faces many challenges - including warming waters and declining biodiversity caused in part by climate change. Our government is committed to meeting the zero net emissions target by 2050 and ensuring the conservation of Canada's land and oceans. I look forward to reviewing their 12 key recommendations to help protect this important ecosystem for generations to come.”
The Honourable Jonathan Wilkinson, Federal Minister of Environment and Climate Change

"This is a momentous occasion in environmental management history in Canada and Quebec, that such a impressive gathering of experts and citizens from different disciplines and backgrounds, have come together to produce a strategy of such a scale to protect the Saint Lawrence River.”
Jean Cinq-Mars, Co-chair of the Expert Panel and former Quebec Commissioner of Sustainability

"Protecting an ecosystem as vast and precious as the Great Lakes and St. Lawrence requires an ambitious plan, innovative approaches, stakeholder engagement, expert input, significant sustained budget investment and inspiring leadership. We are very proud to table this important action plan today that is meant to be turnkey solution for governments.”
Gord Miller, Co-Chair of the Expert Panel and former Ontario Environment Commissioner

“The people and communities along the St Lawrence River are facing unprecedented challenges to their homes, business and core infrastructure. A coordinated response by all governments to take action today will protect our communities tomorrow. The U.S. Government has created a national program, the Great Lakes Restoration Initiative, that provides financial support directly to Great Lakes communities. We in Canada need a comparable program to protect this incredible resource”
Michelle Morin Doyle, Chair of the Great Lakes St Lawrence Cities Initiative.

“The collaboration amongst partners who are already involved in the protection of the Saint Lawrence, as well as the innovative approaches proposed in the Action Plan 2020-2030 for the Future of the Saint Lawrence, are the foundation to achieve real results and significant progress.“
Jacques Durocher, chair, Strategies Saint Laurent

About the Great Lakes and St. Lawrence Collaborative
The Great Lakes and St. Lawrence Collaborative (GLSL) brings together experts and representatives from various stakeholders (e.g., First Nations, scientists, industries, non-governmental organizations, associations from the mayors, etc.), all committed to making the Great Lakes and St. Lawrence region a world leader in water protection.

Five organizations — Strategies Saint Laurent, the Great Lakes and St. Lawrence Cities Alliance, Great Lakes Fishery Commission, Freshwater Future Canada and Council of the Great Lakes Region — came together to propose to Environment and Climate Change Canada (ECCC) to undertake a process led by experts and stakeholders to find new and innovative solutions to protect the Great Lakes and the St. Lawrence River. To view the report:
www.westbrookpa.com/glslcollab
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
1 milliard nécessaire pour protéger le fleuve Saint-Laurent
QUÉBEC, le 10 mars 2020 — Le Collaboratif des Grands Lacs et du SaintLaurent dépose aujourd’hui au Salon des technologies environnementales du Québec (TEQ) le Plan D’action pour l’avenir du Saint-Laurent 2030. Il réclame un investissement de 100 millions de dollars par année, sur 10 ans, du gouvernement fédéral afin de mieux protéger le fleuve Saint-Laurent, la qualité de son eau et la santé de ses résidents contre les impacts des changements climatiques et des substances toxiques.

Le Plan D’action pour l’avenir du Saint-Laurent 2030 est initié par cinq organisations du Québec et de l’Ontario et codirigé par Jean Cinq-Mars, ancien commissaire au développement durable du Québec, et par Gord Miller, ancien commissaire à l’environnement de l’Ontario. Sur une période de neuf mois, 80 experts, intervenants et membres des Premières Nations ont élaboré 12 recommandations pour relever quatre défis auxquels fait face le fleuve Saint-Laurent.

Les quatre défis qui nécessitent un investissement de 100 millions de dollars par an pendant 10 ans sont les suivants :
  • Les inondations répétées, l’érosion côtière et la vulnérabilité des communautés le long du Saint Laurent aux changements climatiques ;
  • Les nutriments qui contribuent à la prolifération d’algues nuisibles et à la création de zones d’hypoxie ;
  • La contamination bactériologique des eaux usées et agricoles qui limite l’ouverture de plages sécuritaires et l’accès au fleuve ;
  • Le rejet des substances toxiques et autres polluants nocifs et émergents dans le fleuve, la principale source d’eau pour les Québécois.
Parmi leurs douze recommandations, les experts insistent sur la nécessité d’offrir aux municipalités une assistance concrète et un accompagnement afin qu’elles puissent adapter le milieu municipal à la nouvelle réalité des changements climatiques. Ils recommandent également une amélioration majeure des infrastructures en eaux usées pour réduire les rejets de nutriments et les substances toxiques dans le fleuve et s’attaquer aux contaminants émergents. Ils demandent que les deux paliers de gouvernement travaillent main dans la main avec les agriculteurs afin que ceux-ci demeurent compétitifs dans la production alimentaire tout en protégeant mieux les ressources en eau.

« Notre gouvernement est déterminé à protéger le fleuve Saint-Laurent. Son bassin contient une population de presque 5 millions de Canadiens et une biodiversité abondante. Cependant, il est aujourd’hui confronté à de nombreux défis - dont le réchauffement des eaux et le déclin de la biodiversité causé en partie par les changements climatiques. Notre gouvernement est déterminé à atteindre l’objectif d’émissions nettes nulles d’ici 2050 ainsi qu’à veiller à la conservation des terres et océans du Canada. Je suis enthousiaste à l’idée de passer en revue leurs 12 recommandations clés pour aider à protéger cet écosystème important pour les générations à venir. »
L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

« Le Plan d'Action Saint-Laurent 2020-2030, c’est une première, un moment inédit dans l’histoire de la gestion de l’environnement au Canada et au Québec. Jamais un regroupement d’experts et de citoyens provenant de milieux différents n’a fait un travail de cette envergure pour protéger le Saint-Laurent. »
Jean Cinq-Mars, coprésident du Groupe d’experts et ancien commissaire au développement durable du Québec

« Protéger un écosystème aussi vaste et précieux que celui des Grands Lacs et du Saint-Laurent nécessite un plan ambitieux, des approches novatrices, la mobilisation des parties prenantes, la contribution d’experts, un investissement budgétaire soutenu important et un leadership inspirant. Nous sommes très fiers de déposer aujourd’hui cet important plan d’action qui se veut clé en main pour les gouvernements. »
Gord Miller, coprésident du panel d’expert et ancien commissaire à l’environnement de l’Ontario

« Les municipalités riveraines du fleuve Saint-Laurent font face à des défis sans précédent pour protéger leurs habitations, leurs commerces et leurs infrastructures. Une action concertée de la part des gouvernements est requise dès aujourd’hui pour accroitre la résilience des communautés et les aider à s’adapter aux défis auxquels elles doivent faire face. Un programme à l’échelle nationale pour soutenir les municipalités situées à proximité des Grands Lacs a déjà été mis en place par le gouvernement fédéral des États-Unis. C’est maintenant au tour du Canada de créer son propre programme afin de protéger cette ressource précieuse. »
Michelle Morin-Doyle, présidente de l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent

« La collaboration entre les réseaux de partenaires déjà impliqués dans la protection du fleuve, ainsi que les approches innovantes proposées dans le Plan D’action pour l’avenir du Saint-Laurent 2030, est les axes essentiels pour l’obtention de résultats concrets et de progrès notables. »
Jacques Durocher, président de Stratégies Saint-Laurent

À propos du Collaboratif des Grands Lacs et du Saint-Laurent
Le Collaboratif des Grands Lacs et du Saint-Laurent (GLSL) regroupe des experts et des représentants des différentes parties prenantes (ex. : Premières Nations, scientifiques, industries, organisations non gouvernementales, associations du milieu des affaires, maires, etc.), tous déterminés à faire de la région des Grands Lacs et du Saint-Laurent un leader mondial dans la protection de l’eau.

À l’origine, cinq organisations — Stratégies Saint-Laurent, l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent, la Commission des Pêcheries des Grands Lacs, Freshwater Future Canada et Council of the Great Lakes Region — se sont concertées afin de proposer à Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) d’entreprendre un processus dirigé par des experts et des parties prenantes afin de trouver des solutions nouvelles et novatrices pour protéger les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent. Le Collaboratif est reconnaissant du soutien financier du gouvernement fédéral.

Lien connexe
Pour consulter le rapport :
www.westbrookpa.com/glslcollab
Words On Water #123: Dr. Linda Lee on the Science of PFAS in Water Treatment
Dr. Linda Lee is a Professor in the Department of Agronomy at Purdue University. In this episode Linda discusses the science of PFAS in water treatment, her recent article published in the Water Environment Research Journal, and how her work began 15 years ago when DuPont asked her to expand knowledge of the so-called "forever chemicals." She talks about current science on the presence and removal methods of PFAS in drinking water, wastewater, and biosolids. Linda also explains what is known about the fate and transport of PFAS into the soil, groundwater, and crops when biosolids are applied to agricultural land.
Words On Water #123: Dr Linda Lee discute de la science des acides perfluorooctanoïques dans un contexte de traitement de l’eau.

Dr Linda Lee est professeure au Département d'agronomie de l'Université Purdue. Dans cet épisode, Linda discute de la science des acides perfluorooctanoïques dans un contexte de traitement de l'eau, de son récent article publié dans le Water Environment Research Journal et de la façon dont son travail a commencé il y a 15 ans lorsque DuPont lui a demandé d'étendre ses connaissances sur les soi-disant « produits chimiques permanents ». Elle parle de l’état de la science actuelle sur la présence des acides ainsi que sur les méthodes pour les éliminer dans l'eau potable, dans les eaux usées et dans les biosolides. La docteur explique également ce qui est connu par rapport au déplacement et au destin des acides perfluorooctanoïques dans le sol, dans les eaux souterraines et dans les cultures lorsque des biosolides sont appliqués sur les terres agricoles.

*Ce podcast est offert en anglais seulement

 
PODCAST
Facebook
Twitter
Website
Update your preferences
Unsubscribe from this list