Copy
L'Infolettre de la FLHLMQ :
La voix des locataires de HLM
Si le contenu de ce message ne s'affiche pas, veuillez cliquer ici 
L'Infolettre de la Fédération des locataires d'habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ) : La voix des locataires de HLM
Infolettre 10 - Décembre 2015

Sommaire

  1. Les offices passeront de 538 à une centaine de dire le ministre Moreau

  2. 500 personnes à Ottawa pour demander le maintien du financement de nos HLM et des autres logements sociaux

  3. Les HLM doivent-ils accueillir les réfugié-e-s de Syrie ?

  4. Interdiction de fumer dans les HLM des États-Unis

Les offices passeront de 538 à une centaine de dire le ministre Moreau

 

Au Rendez-vous de la SHQ, le 23 novembre dernier, le ministre des Affaires municipales a annoncé sa volonté de réduire de 538 à une centaine le nombre des offices au Québec.  Un projet de Loi sera bientôt déposé pour habiliter la SHQ à décréter des fusions.  D’ici là, les offices sont encouragés à soumettre à la SHQ leur projet de fusion volontaire.  En maniant habilement le bâton et la carotte, le ministre compte amener le réseau des HLM à se regrouper, volontairement ou non, sur la base territoriale de la centaine de MRC du Québec pour atteindre au moins le chiffre magique de 100 logements. Mais l'occasion est belle de faire encore mieux de dire la FLHLMQ. 100 logements, c'est le nombre minimum de logements qui permet d’engager des gestionnaires à temps plein pour professionnaliser le réseau.  La FLHLMQ appuiera ce regroupement en incitant les locataires à mettre en place des comités consultatifs de résidant-e-s (CCR) pour influencer les décisions importantes qui seront prises par la suite.

Mais à la FLHLMQ, nous encourageons le ministre à aller plus loin et à mettre, dans la mesure du possible, la barre à 500 logements ou plus pour la création des nouveaux offices. Ceci afin d’optimiser les ressources qui seront mises à la disposition des locataires à travers un réseau bien structuré d’une cinquantaine d’offices. Un peu à l’image de la Wallonie où 64 sociétés du logement gèrent près de 100 000 logements.

Même si cela constituerait un pas en avant important, le regroupement des offices sur la base des Municipalités régionales de comté (MRC) aurait pour résultat de constituer une centaine d’offices dont 82 offices géreraient toujours moins de 500 logements, 58 moins de 300 logements et 10 offices moins de 100 logements. Cela aurait toujours pour effet de maintenir un réseau à deux vitesses où 18 offices administreraient 71% des HLM tandis que 82 offices en géreraient 29 %. L'occasion est belle de faire encore mieux.


Retour au sommaire
Oyez! Oyez! À la une! - Consultez le bulletin de la FLHLMQ.
À mettre à votre agenda - Consulter notre calendrier pour trouver les événements et formations près de chez vous.

Consultez le numéro 84 du Bulletin de la FLHLMQ (décembre 2015).

 

Suivez les activités de la FLHLMQ en consultant notre calendrier en ligne.


Retour au sommaire

500 personnes à Ottawa pour demander le maintien du financement de nos HLM et des autres logements sociaux

 




Le 20 novembre, plus de 500 personnes ont marché dans les rues d'Ottawa pour rappeler à Justin Trudeau qu'il a promis durant les élections de prolonger les ententes de subventions à long terme pour les logements sociaux.   Nous avons besoin d'au moins 2 milliards $ par année à l'intérieur de son plan d’infrastructures sociales. L'action était organisée par le FRAPRU et le Réseau solidarité itinérance du Québec.

Retour au sommaire

Les HLM doivent-ils accueillir les réfugié-e-s de Syrie ?

 


 Le débat fait rage actuellement sur l'accueil de 5 700 réfugié-e-s syrien-ne-s au Québec.  Les HLM devraient-ils faire leur part et dans quelle mesure?  À leur prochaine rencontre, les 3 et 4 décembre, les douze membres du CA de la FLHLMQ discuteront de la proposition suivante.
Depuis quelques mois, une crise humanitaire accable la population syrienne qui fuit par millions une guerre particulièrement cruelle pour les civil-e-s et pour certaines communautés religieuses ou ethniques. Selon les estimations, le conflit aurait fait depuis 2011 entre 200 000 et 300 000 mort-e-s, 7,6 millions de déplacé-e-s internes et plus de 4 millions de réfugié-e-s. Espérant trouver refuge ailleurs, plusieurs ont laissé leur vie dans un parcours extrêmement risqué pour gagner l’Europe.
Le Canada est à la fois un des pays les plus prospères du monde et un des États ayant contribué dans les dernières années à la déstabilisation militaire et politique du Moyen Orient. À ce titre, nous croyons qu’il a une responsabilité morale dans l’accueil des réfugié-e-s qui cherchent à se mettre à l’abri des horreurs de la guerre et du fanatisme. L’objectif fixé par le gouvernement canadien de 25 000 pour l’ensemble du pays et de 5 700 pour le Québec est louable.
Parmi les défis liés à l’accueil d’une population réfugiée, la question du logement est évidemment cruciale. Nous croyons que les HLM sont un des moyens à privilégier pour y répondre. Non seulement offrent-ils des logements financièrement accessibles, mais ils protègent également contre la discrimination qui rend difficile l’accès à une habitation décente sur le marché privé pour des pans de la population stigmatisée par divers préjugés. Ils sont également des milieux propices à un soutien communautaire favorisant l’intégration la plus harmonieuse possible à la société d’accueil.
Il existe des précédents à un tel choix politique. Au milieu des années 1970, le Canada a accueilli des milliers de réfugié-e-s vietnamien-ne-s quittant un pays ravagé par la guerre. Plusieurs ont trouvé à se loger dans des HLM et sont aujourd’hui, avec leurs enfants, partie prenante de la société québécoise.
Nous sommes donc favorables à l’accueil des réfugiés syriens au Québec et nous appuierons la mise à contribution du parc de logement HLM dans cette opération humanitaire. Étant donnée la situation d’urgence et d’extrême nécessité dans laquelle se trouvent ces personnes, la règle d’un an de résidence dans la municipalité pour obtenir le droit de faire une demande en HLM devrait être exceptionnellement suspendue en ce qui les concerne. Selon nous, la mise à disposition de HLM devrait s’inscrire dans un plan plus large qui inclurait également le financement de nouvelles places du Programme de supplément au loyer dans des projets de logement social et sur le marché privé. Nous invitons en outre nos alliés des mouvements des coopératives et des OBNL d’habitation à prévoir la mise à disposition de logements vacants pour participer à l’accueil des réfugiés.
En conclusion, nous faisons nôtres les mots de nos homologues de France, la Confédération nationale du logement, face aux événements tragiques du 13 novembre à Paris : « Ces attentats se nourrissent du rejet, du repli, des fractures de notre société, favorisés par le manque de perspective engendré par l’austérité. Nous estimons d’autant plus nécessaire d’y opposer une réaction de solidarité et de fraternité. »
 

Retour au sommaire

Interdiction de fumer dans les HLM des États-Unis

Qu’en est-il au Québec ?


Nous apprenions, la semaine dernière, qu’on modifiait aux États-Unis la règlementation du logement social pour interdire le tabac dans tous les HLM, non seulement dans les aires communes, mais également dans les logements et à l’extérieur dans un périmètre de huit mètres. Cette nouvelle nous renvoie à nos propres lois et relance le débat sur la liberté de fumer dans nos HLM. Elle nous permet de remettre de l’avant une proposition de la FLHLMQ sur ce sujet épineux.
Rappelons qu’au Québec les tribunaux ont confirmé le droit d’un propriétaire d’inclure au bail l’interdiction de fumer dans ses logements. Un droit, par contre, dont jusqu’à aujourd’hui les offices ne se sont pas prévalu. On comprend qu’il s’agit d’une question délicate pour les gestionnaires du logement social.
La tolérance sociale à l’égard du tabac diminue à mesure que les effets néfastes de la fumée sur la santé sont mieux connus et que la cigarette fait partie des habitudes de vie de moins en moins de gens. C’est d’ailleurs souvent un enjeu de tension entre voisins et voisines, en particulier dans des logements très rapprochés et pas toujours bien isolés les uns des autres. La fumée circule et ne respecte pas l’intimité de chacun et chacune.
En revanche, le tabagisme est une dépendance dont il est difficile de se défaire et les locataires de HLM ne sont pas dans la même position que les locataires sur le marché privé. Ils et elles n’ont pas la même liberté de quitter leur logement pour un autre si les interdictions au bail ne leur plaisent pas.
La question, qui oppose les droits des uns à ceux des autres, n’est donc pas simple. C’est pourquoi les membres de la FLHLMQ jugent qu’il faut agir avec prudence, mais sans pour autant refuser toute évolution. Lors du congrès de juin 2014, ils et elles ont adopté une résolution à l’effet de demander que soient expérimentés des immeubles sans fumée dans les nouvelles constructions de logement social gérées par des offices. Cela nous permettrait de juger des problèmes concrets soulevés – ou non – par une telle interdiction et de juger, après un certain temps, de l’opportunité d’élargir la règlementation. Malheureusement, aucune n’office n’a encore jugé bon de reprendre à son compte notre suggestion. Nous souhaitons que les changements au sud de la frontière inciteront les offices d’ici à un peu plus d’audace.


Retour au sommaire
Facebook
Site web
La Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ) - Visitez notre site.
La voix des locataires de HLM
Visitez notre site pour :
En savoir plus sur la fédération
En apprendre plus sur les droits des locataires
Accéder à nos ressources thématiques 
Vous mettre au vert
Consulter notre banque des documents de référence

Devenir membre et vous impliquer
Et bien plus!

Vous recevez ce message parce que vous êtes abonné à notre liste de diffusion. Cette infolettre est publiée mensuellement par la FLHLMQ afin d’informer ses membres et ses partenaires des enjeux et des derniers développements relatifs aux HLM.
Contactez-nous :
Fédération des locataires d'habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ) 2520 avenue Lionel-Groulx Montreal, Qc H3J 1J8 Canada
1-(800)566-9662
info@flhlmq.com

Vous désabonner de notre liste de diffusion   
Mettre à jour votre adresse courriel et vos préférences 

Email Marketing Powered by Mailchimp

fait maison • communication & design