Copy
Bonjour <<First Name>>,
l'actualité de l'antenne PPC ne s'arrête jamais : sur Facebook, sur notre site, sur Motomag.com... Cette newsletter de novembre revient sur l'actualité des dernières semaines.


 Interdictions à Paris : PPC en justice 

Pour contester le caractère inefficace et injuste des interdictions de circuler dans Paris, l'antenne PPC ne se contente pas de mener de nombreuses actions de terrain (manifestation des 17 avril et 2 octobre, Nuits 2-roues des 8 juillet et 16 septembre, perturbation des réunions de C.Najdovski les 24 et 31 mai). Comme annoncé, PPC mène actuellement de front plusieurs actions juridiques contre la Mairie de Paris. Pour mémoire, les 2 roues touchés par les Zones de Circulation Restreinte sont ceux mis en circulation avant le 1 juin 1999. Ces interdictions seront évolutives, jusqu’à interdire en 2020 les 2-roues motorisés mis en circulation avant 2015.

A ce jour, nous avons engagé deux actions : d'une part, un référé pour la suspension immédiate du décret de la Mairie de Paris et, d'autre part, une action sur le fond auprès du Tribunal Administratif. Le résultat de cette deuxième action sera plus long à obtenir.

Le référé a été jugé en septembre. La décision du juge nous a bien étonné. Alors que notre avocat avait démontré l'impact environnemental insignifiant des 2-roues motorisés d’avant 1999, le juge a d'abord demandé à la Mairie de Paris de fournir des statistiques sur la contribution des 2-roues concernés par les  interdictions. Ces  statistiques  n’existant  pas, la Mairie n’avait pu fournir qu’un extrait du site Airparif, n’ayant aucun rapport avec la demande du juge. Le juge a cependant décidé de nous débouter sur le référé.

Nous avons décidé de contester cette décision et d’aller en cassation devant le Conseil d’Etat.
Nos deux actions juridiques (en cassation pour notre référé, ainsi que sur le fond devant le Tribunal administratif) se poursuivent donc. Nous ne manquerons pas de vous en faire connaître les résultats.
Les frais déjà engagés pour ces actions en justice s'élèvent à 9000 €. L'antenne envisage de faire appel à vos dons pour financer ces dépenses exceptionnelles. Vous trouverez prochainement sur notre site et dans une prochaine newsletter un lien internet sécurisé si vous désirez soutenir nos actions.


 Les actions de PPC font école à la FFMC 

Durant le week-end des 5 et 6 novembre dernier, 166 militants des antennes FFMC provenant de toute la France se sont retrouvés en Ardèche pour échanger sur l'actualité du Mouvement, à l'occasion des "Journées Techniques d'Information" annuelles. Au sommaire : plusieurs ateliers sur l'accueil des adhérents, la communication avec les politiques, la mise en oeuvre d'ateliers mécaniques solidaires, mais aussi le partage sur les restrictions de circulation dans les villes (ZCR) et les actions de sensibilisation que la FFMC peut mener.

Ainsi, Jean-Marc Belotti et Isabelle Lebret de l'antenne Paris Petite Couronne ont fait part aux autres antennes du contenu du décret parisien, de ses bases juridiques, des points faibles de l'argumentaire sur lequel il s'appuie, des actions (sensibilisation, manifestations, procédures judiciaires) qui ont été mises en place à Paris et banlieue pour exploiter ces failles.

Cet exposé a fait l'objet de nombreuses questions, de la part des antennes FFMC qui sont déjà concernées (ou le seront bientôt) par les plans d'actions pour l'air annoncés dans 24 autres agglomérations ou métropoles régionales ! Ces antennes sont déjà nombreuses à avoir adopté les "apéros motards" ou les "Nuits 2-roues" pour sensibiliser les autres motards, cyclomotoristes, automobilistes et autres citoyens quant à l'inadéquation de certaines mesures envisagées. La contestation citoyenne fait des petits !


 L'agglo grenobloise mise sur les vignettes Crit'air au détriment des 2RM 

Depuis le 1er novembre 2016, l'agglomération de Grenoble et les 48 communes qui l'entourent ont mis en place un plan de restriction de circulation en cas de pic de pollution. Ce dispositif s'appuie sur les vignettes Crit'Air du ministère de l'Ecologie, à partir du 5ème jour consécutif de pollution.

Tout comme à Paris, ce plan vise à abaisser les niveaux des principaux polluants atmosphériques dangereux pour la santé : particules fines inférieures à 10 microns ("PM10") ou à 2 microns et demi ("PM2.5"), monoxyde et dioxyde d'azote (SO, SO2). Or, au sein du trafic routier, les véhicules à motorisation diesel sont les seuls à émettre des particules fines ; de plus, ils contribuent majoritairement à l'émission du dioxyde d'azote. Les 2-roues motorisés, eux, roulent tous à l'essence ordinaire ("sans plomb").

Le "hic" c'est que la classification Crit'air mise en place en juillet 2016 par le Ministère de l'Environnement ignore ces nuances et met tout le monde dans le même panier : diesels et motos ! Alors que l'antenne FFMC 38 avait obtenu en septembre l'engagement que les motos et scooters ne feraient pas l'objet de mesures d'interdiction, la Métropole grenobloise est revenue sur ses promesses le 20 octobre dernier !
De ce fait, à compter du 5ème jour de pollution consécutif dans l'agglomération, les 2-roues motorisés d'avant juin 2000 (comprenez : les véhicules sans pastille Crit-Air) seront interdits de circuler dans les 49 communes de la vallée (autoroutes et rocade comprises) afin de résorber une pollution à laquelle ils ne contribuent que de manière insignifiante.
 
Qui plus est, à partir du 7ème jour de pollution, ce sont les 2-roues d'avant juillet 2004 qui seront interdits pour le même "motif" (puisque la restriction s'appliquera également aux véhicules disposant de pastilles "Crit'Air 4 et 5").
Pour l'instant, ce mécanisme fait l'objet d'une "expérimentation" jusqu'au 31 décembre 2016. Mais, à compter du 1er janvier, les véhicules transitant indûment sur ce territoire de 546 km2 (y compris les autoroutes reliant Lyon-Valence à Chambéry ou Gap, ainsi que la "rocade sud") pourront faire l'objet d'une verbalisation de 22 à 35 € lors des pics de pollution.

Illustration : Le réseau routier et auto-routier sur le territoire des 49 communes de la métropole Grenoble-Alpes Métropole (GAM). D'après "Baro'métro actualisation 2014", "Concentration moyenne de NO2 en 2012" (en rouge, dépassement de la valeur limite).
Le message passé par la Mairie de Grenoble est donc clair : qu'importe l'écologie et les sources de pollution, les diesels et les 2-roues seront logés à la même enseigne... et soumis aux mêmes PV !
Par la même occasion, l'agglomération Grenoble-Alpes Métropole est la première à mettre en oeuvre une politique que nous annoncions déjà pour Paris : la mise en place d'interdictions pour les motos de moins de 15 ans (celles antérieures au 1er juillet 2004... en attendant la prochaine étape !).
Pour autant, le combat n'est pas perdu. Bien au contraire !
En cette période pré-électorale, il faut plus que jamais, continuer à faire face à ces mesures inadaptées et injustes pour les 2-roues motorisés qui, de par leurs spécificités, sont une des solutions pour lutter contre la pollution.

Des mesures, ça s'impose comme le font aujourd'hui nos élus... mais ça s'annule aussi. Et c'est ce que nous devons nous employer à faire en continuant à nous mobiliser tant sur le terrain qu'au niveau juridique, mais aussi en multipliant les rencontres avec les politiciens afin de leur expliquer en quoi le 2-roues motorisé contribue à l'amélioration du trafic urbain et donc à la réduction de la pollution.

L'écologie est un sujet important et nous sommes tous responsables de l'avenir de la planète. C'est pourquoi nos politiciens doivent cesser de l'utiliser pour en faire un outil de communication au service de leur notoriété. Elle ne doit plus être une punition pour les citoyens et les mesures prises doivent l'être dans une réelle recherche de performance écologique.


 Les gants obligatoires, une surenchère administrative 

Le 19 septembre dernier, le ministère de l'Intérieur a discrètement fait publier au Journal Officiel un décret sur le  port obligatoire des gants pour les conducteurs et les passagers de motocyclette, de tricycle à moteur, de quadricycle à moteur ou de cyclomoteur à partir du 20 novembre 2016. Ces gants doivent être marqués « CE ». La sanction en cas de non-port est une amende de 3ème classe (68 €) et le retrait d’un point sur le permis de conduire.

La FFMC regrette à nouveau que le simple bon sens (mettre des gants) adopté naturellement par la majorité des usagers soit gâché par un énième règlement qui va transformer un peu plus les motards en gibiers de police.

Car ce n’est pas contre le port des gants que la FFMC proteste, mais contre le fait qu’ils deviennent « obligatoires » sous la menace d’une verbalisation et d’un retrait de points (alors que le non port des gants ne menace pas l’intégrité d’autrui). Tout en reconnaissant que les motards sont plutôt bien équipés, le gouvernement prétend que cette mesure va protéger ceux qui sont peu conscients de leur vulnérabilité… mais avant de brandir à nouveau le bâton de la répression, ne vaudrait-il mieux pas renforcer l’information et la formation en direction des publics les moins bien informés plutôt que de durcir encore la législation ? Nous pensons en effet qu’en matière de sécurité routière, il vaut mieux inciter qu’obliger, sachant qu’une personne contrainte a tendance à refuser cette contrainte.

D’autre part, si le gouvernement se montre si préoccupé par la vulnérabilité des usagers en deux-roues, que fait-il pour infléchir la dégradation du réseau routier ? Avant de donner des leçons de sécurité, l’Etat ferait bien d’assumer ses propres responsabilités en balayant devant sa porte !

En fait, cette obligation du port des gants est surtout une mesure « cosmétique » pour le ministère de l’Intérieur qui veut faire croire qu’il agit pour la Sécurité routière…


 Gants obligatoires : les arguments de PPC sur RTL 

Vendredi 18 novembre Jean-Marc Belotti, coordinateur de l'antenne Paris Petite-Couronne de la FFMC, répondait aux questions de Christelle Rebière, Vincent Parizot et des auditeurs de RTL à propos de la nouvelle obligation de ports de gants homologués pour les motards et scootéristes.
Vous pouvez réécouter ici l'extrait de l'émission.


 Pratique : dois-je acheter une nouvelle paire de gants ? 

Depuis le 20 novembre dernier, il est obligatoire pour le conducteur et le passager d’un deux-roues motorisé dernier de porter des gants à moto. Ce décret soulève de nombreuses interrogations : dois-je changer mes gants ? quelle différence entre « certifié CE » et « homologué » ? quelle étiquette dois-je avoir sur mes gants ?
Motomag.com consacre un article à ce sujet.


 Initiative citoyenne : les 50 en furie ! 

Les "50 en Furies" est une association basée à Asnières-sur-Seine (92) créée en 2013 et membre de la FFMC Loisirs. L’idée fondatrice est de transmettre aux adolescents de l'association les valeurs des motards : solidarité, entraide, prévention, sécurité en 2-roues motorisées, respect des autres.
Ce projet est mis en oeuvre au travers de plusieurs activités, dont un atelier mécanique destiné à aider ces jeunes à acquérir des notions de mécanique pour réparer leur véhicule. Cette activité est encadrée par des professionnels et bénéficie du soutien des centres de formation mécanique. De cette manière, l’entretien et les réparations sont réalisés dans des conditions optimales de sécurité et d’environnement.
Le prolongement logique de cet atelier est l'organisation des sorties permettant aux adolescents de se livrer à des activités sportives liées aux 2-roues telles que moto-cross, circuit, etc.

Cette année scolaire, l'atelier mécanique hébergé par le lycée Claude Chappe de Nanterre va permettre de modifier deux cyclomoteurs en "bécanes de cross". La ville de Nanterre finance en partie le projet et prend en charge le salaire d'un mécanicien et de deux animateurs pour encadrer 8 jeunes.
Pour ces projets, la ville d'Asnères a décerné aux "50 en Furies" la médaille de l'innovation.
La fondation SNCF, en soutenant financièrement ces projets, leur a également remis un trophée.
Ces récompenses sont la reconnaissance de la valeur pédagogique, humaine et sociale du travail acharné mené par les bénévoles de cette association, dans les droite ligne des valeurs de la FFMC Loisirs et du Mouvement FFMC.


 FFMC loisirs : "les tasses", une belle aventure 

Dans le numéro 332 de Motomag (novembre 2016), 6 pages entières sont consacrées à la narration d'une belle aventure : la migration de gamins de 15 à 17 ans sur leurs "mobs", encadrés par la FFMC Loisirs vers le mythique circuit du Castellet. Extrait....
Septembre 1986, Jacques Maggiori, membre fondateur de la FFMC, de la FFMC Loisir et président du CLAM (Club loisirs aventure moto), lance depuis Valence-d’Agen (Tarn-et-Garonne) le départ de l’opération « Douze tasses pour un Bol ». Douze étant le nombre de jeunes de 14 à 17 ans embarqués dans cette aventure et les tasses, le gentil sobriquet alors donné aux 50 cm3. Ceci en référence au diamètre de leur piston pas plus gros qu’une tasse à café. ]acques en est convaincu : pour peu qu’on les initie, les cyclomotoristes d’aujourd’hui sont les motards de demain. L’idée convainc d’autres antennes de la FFMC et en quelques années, d’abord sur le circuit Paul Ricard et ensuite sur celui de Nevers Magny—Cours, ce sont des ados de tout l’Hexagone qui convergent au fameux Bol d’or. On en comptera même jusqu’à 137 d’un coup en 2006.

Treize septembre 2016, 30 ans presque jour pour jour après la première édition des Tasses, cinq mobs encadrées de quatre motos quittent en file indienne le domaine Saint—Georges de Montaut, dans les Pyrénées-Atlantiques. Derrière ce nom un peu pompeux se cache une Maison d’enfants à caractère social (MECS) spécialisée dans l’accueil temporaire de mineurs en difficulté d’ordre socio-culturel, économique et/ ou familial. Ils s’appellentjonathan, Nicolas, Maxime, Zakaria et Nathan, sont âgés 15 à 17 ans et ont été placés dans cet établissement par le Conseil départemental ou la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). [...] Le défi est de taille : avaler près de 700 km et 3 jours à la vitesse légale de 45 km/h.


Là, commence l'aventure... à lire dans Motomag (pages 80 à 85).


 Jeudi 1er décembre : réunion ouverte à tous 

A noter : comme tous les premiers jeudis de chaque mois, la FFMC PPC tiendra sa prochaine réunion d'information le jeudi 1er décembre à 20h30 dans les locaux de Motomag au 8 rue Jean-Jacques Rousseau à Montreuil.

Nos réunions sont ouvertes à tous et tous. Fais passer l'info ! Viens nous rejoindre pour échanger directement avec les bénévoles de l'antenne.


 Nos rendez-vous 

  • Jeudi 1/12, 20h30 : notre réunion mensuelle d'information à Montreuil, ouverte à toutes et tous.
  • 2-3-4/12, 9-10-11/12, 16-17-18/12, 14h: roulage gratuit sur le circuit Carole. Nous recherchons des bénévoles pour accueillir les motards (contact@ffmc75.net).
  • Tous les vendredis à 21h : apéro motard FFMC à la Bastille.


 Sur Facebook aussi ! 

Incontournables, les pages Facebook :


 Toi aussi : relaie nos infos ! 

Cette newsletter t'a plu ? Tu y a trouvé les informations qui t'intéressent ? Elle pourrait aussi intéresser un ami, un voisin, un collègue : n'hésite pas, fais-là suivre !
Tes amis pourront ensuite s'abonner directement sur notre site www.ffmc75.net
Merci !
Copyright © 2016 FFMC PPC, All rights reserved.


Me désinscrire de cette liste de diffusion

Email Marketing Powered by Mailchimp