Copy
View this email in your browser
Le francais suit

 

Making Collective Worlds in an Age of Turbulence:
Reflections from the Editors

“Each day I walk the path to the pond/ it should be different, it’s not. Everything/ has changed, nothing has changed.” These words from Sylvia D. Hamilton’s poem The Pond resound deeply as the strangeness brought by the COVID-19 pandemic has slowly settled into our everyday lives and relationships. The virus has profoundly disrupted our institutions and societies, while entrenching further preexisting systemic inequities through various forms of insidious “social triage”, as termed by the honourable Louis LeBel. Everything has changed, but, for too many, in a highly predictable manner. 

As the pandemic lays bare and exacerbates the social, racial, and ecological injustices that divide our societies, attention is increasingly turning to the transformative changes required to achieve a truly just post-pandemic future. The contributions we received for the current issue of the Pierre Elliott Trudeau Foundation Alumni Newsletter engage in these crucial discussions at a fundamental level by bringing epistemological, ontological, methodological, and ethical insights into how to think about and effect change. 

Rajdeep S. Gill and Fabiola Nabil Naguib’s collaborative piece aligns with the worldings of other contemporary feminist, queer, and trans authors in Canada who are advocating for a turn to ethical love as a lens from which to critically examine this complex historical juncture. We can observe, for example, fascinating parallels between Gill’s and Naguib’s concept of heart cognition and Kai Cheng Thom’s notion of accountable love in I Hope We Choose Love: A Trans Girl’s Notes from the End of the World (2019) as methodologies and onto-epistemologies for change. Heart cognition, Gill and Naguib contend, “is a divergent form of awareness that can attune us not only to ways of living and being that are iniquitous or incongruent but also to what is individually and collectively liberatory”. This emphasis on the perhaps paradoxical need to devise collective forms of knowing and feeling are also at the core of the work of Indigenous poets such as Joshua Whitehead and his edited collection Love After the End: An Anthology of of Two-Spirit and Indigiqueer Speculative Fiction (2020). 

Gill and Naguib invite readers in the newsletter to consider the following: “What if we energized our most profound feelings and knowings, rewilding our hearts, as a map for self and world inquiry?” This entails an ethical journey of care for the self and care for others that repositions questions of affect at the centre of critical enquiry. A theorist of affect himself, Lucas Crawford’s poetic and critical worldings have systematically interrogated normative structures of knowledge and being. In his sharp contribution to this newsletter, STATEMENT ON POTENTIAL CONTRIBUTIONS TO DIVERSITY---An Academic Job Application Document, as a Poem---, Crawford offers an ironic critique of the pervasive impact of institutionalized language, where diversity has too often become an empty signifier that allows for temporary superficial gestures of inclusion instead of actual sustained change. The poem concludes with these lines: “Yeah. Students. I cannot prescribe or predict what may be/ my ‘potential for working with diverse student populations’/ except to say that I bring my disintegrating self to work,/ make only big mistakes, and allow the same.” Here the narrative voice positions disorientation, vulnerability and failure as worthy tools for “self and world inquiry”, to borrow Gill’s and Naguib’s words. 

From her perspective as both researcher and clinician, Magaly Brodeur also calls members of the Pierre Elliott Trudeau Foundation to self-inquire as an essential first step to respond to the psychosocial impacts of the COVID-19 pandemic. Effecting change starts with self-knowledge and the recognition of the limits of one’s experiences and disciplinary perspectives, thereby allowing the expression of “constellations of knowledges”, to use de Sousa Santos’ evocative imagery. Developing unexpected cross-disciplinary alliances, as Brodeur invites us to, could foster innovative responses to the pandemic and the measures adopted to confront it. The honourable Louis LeBel’s reflection on the limits of Law and judicial processes to respond to the socioeconomic inequalities made so visible by the pandemic illustrates the importance of interdisciplinary dialogues to tackle complex, multifaceted issues. 

It is this embrace of the unexpected, together with the return of the familiar that stands at the core of Sylvia D. Hamilton’s textual and visual contribution to the newsletter. The traces of forgotten words and melodies surface in this piece, intimately fusing the present with the past in their precious ordinariness and their “vibrating range of difference”, in Adrienne Rich’s words opening this piece. The narrative voice wonders about tomorrow; an uncertain future yet to come and to be shaped, so here we invite you to go back to this space, where “Everything has changed, the world has changed./… It should look different, it doesn’t, it doesn’t.” But it could.  


- Libe & Sophie

Poetry in Times Like These

Sylvia D. Hamilton, 2008 Mentor

“But most often someone writing a poem believes in, depends on, a delicate, vibrating range of difference, that an “I” can become a “we” without extinguishing others, that a partly common language exists to which strangers can bring their own heartbeat, memories, images. A language that itself has learned from the heartbeat, memories, images of strangers." 
Adrienne Rich, "Someone is Writing a Poem” (1983).
As the pandemic settled in a couple of months ago, so did I. Books I’d forgotten I owned, re-appeared. My vinyl LP’s beckoned. There’s time to sort, look through, play. Savour old favourites: Milt Jackson’s Sunflower, purchased in the ‘70’s, the track “People Make the World Go Round”, on repeat; Czech composer Antonín Dvořák’s New World Symphony, picked up at a second hand record store in the late 90’s when researching African American composer-arranger Harry T. Burleigh; Duke Ellington’s Sophisticated Ladies, that a friend borrowed and after many years, returned.
Continue reading

The Pandemic, Equality and Social Triage

The Honorable Louis LeBel, 2016 Mentor

The pandemic triggered by COVID-19 has posed uniquely fundamental questions about the nature of equality among members of our society and their right to equal treatment. 

Beyond the legal rhetoric and refinement of our methods of interpretation, the pandemic has confronted us with the phenomenon of social triage.

We have avoided the triage that took place at the entrances of hospitals overwhelmed by waves of patients. That type of social sorting took different forms, often on the basis of age, social origin or standard of living. In our country, hospital staff did not have to determine who would live and who would be condemned to death.

Our triage functioned differently. In Quebec and other provinces, it was based on age first. This was certainly not deliberate. It was, however, at least in part, the effect of well-established social practices in how we manage the lives of the older segments of our population.

Continue reading

Our Hearts as a Map for Change:
Notes on Heart Cognition as a Radically Divergent Way of Knowing & Being

Rajdeep S. Gill (2016 Scholar) and Fabiola Nabil Naguib (artist, writer & activist)

Many people across diverse fields of research, policy, activism and art are increasingly thinking, writing and creating with regards to the unjust state of the world, the dynamics that sustain it, and ways of transforming our imaginations, ethics, and actions. It is heartening that more of us are awakening to the reality that we are all in this plethoric mess together, and wanting to be a part of local and global changes needed in all aspects of society and our ways of being a part of the biosphere.

Fabiola Nabil Naguib, Archives Re/Imagined (1 of 4 in Series II), The Meaning of Life is Love, mixed media, varied dimensions, 2020. 

As part of the endeavour of thinking about and acting for change, we often come across the “XYZ’s” for change and the espousing of the “right ways” to think about and work for change. One way or another, many of us have our ideas about why change happens so slowly, what will make more rapid and comprehensive change and what changes we need to prioritize to actually contribute to any. Is it anti-colonial thought and practice? Is it political will? Is it sharing privilege and access? Is it intersectionality and selfeducation? Is it reimagining our institutions? Is it rethinking our economic system? Is it ecological literacy and justice? The options of how to and where to focus our energies on change-making are endless.
Continue reading

STATEMENT ON POTENTIAL CONTRIBUTIONS TO DIVERSITY 
---An Academic Job Application Document, as a Poem---

Lucas Crawford, 2007 Scholar 


The Chair of LGBT Studies, interviewing me for the gig in LGBT Studies, asked where I identify within the LGBT of LGBT Studies.
I have been L, been G, been B, been T, am ME,
which is not to say anyone’s ME is free of, or beyond,
these dead letters.      Oh, we’ve got a live one here!
 
I told him I have a finger (usually two) in each pie.
          [four and twenty trans boys baked and too high
          demolish sour cherry tarts with no forks
          before morning goodbyes]
 
Ergonomic experts agree that
Chairs are bad for the backside.
 
The next time he interviewed me,
in order to believe, he needed to see.
         You dodged it last time,
         but which one are you?
Continue reading

The Psychosocial Impacts of the COVID-19 Pandemic and the Need for Interdisciplinary Dialogue

Magaly Brodeur, 2009 Scholar 

While we are now locked in a race against time to find a vaccine that can neutralise the SARS-CoV2 Coronavirus, the collateral effects of the pandemic are increasingly being felt across our communities.

The measures put in place by public health authorities (quarantine, physical distancing, bans on social gatherings, etc.) are having major impacts on the health of our citizens. Indeed, the psychosocial impacts of the COVID-19 Coronavirus pandemic are unprecedented (job loss, financial difficulties, the loss of support networks, psychological distress, anxiety, depression, violence, physical abuse, a rise in substance abuse, suicide, etc.).

In April 2020, the first results of the Canadian survey on the psychosocial impacts of COVID-19 revealed that a quarter of the respondents were experiencing significant symptoms of stress and anxiety (UdeS News, 2020). These symptoms, in combination with the increase in the use of substances like alcohol and drugs, have led to a worrying situation.

Continue reading

We want to hear from you!


✍️ Have you been inspired to write throughout the COVID-19 lockdown? Submit your story for the next edition of the PETF Alumni newsletter or share your creativity.
Get in touch

Créer une collectivité mondiale dans une époque de turbulence : réflexions des éditrices

 
« Chaque jour, je parcours le chemin qui mène à l’étang, il devrait être différent, il ne l’est pas. Tout a changé, rien n’a changé » [Traduction]. Ces mots tirés du poème The Pond de Sylvia D. Hamilton résonnent profondément alors que l’étrangeté apportée par la pandémie de COVID-19 s’est lentement installée dans nos vies et nos relations quotidiennes. Le virus a profondément bouleversé nos organisations et nos sociétés, tout en renforçant les inégalités systémiques préexistantes au travers un « triage social » insidieux qui a pris diverses formes, comme le décrit l’honorable Louis LeBel. Tout a changé, mais pour un trop grand nombre de personnes, de manière très prévisible.
 
Alors que la pandémie révèle et exacerbe les injustices sociales, raciales et écologiques qui divisent nos sociétés, l’attention se tourne de plus en plus vers les changements transformateurs qui sont nécessaires pour parvenir à un avenir véritablement juste une fois la pandémie derrière nous. Les contributions que nous avons reçues pour le présent numéro de l’infolettre des ancien.ne.s. de la Fondation Pierre Elliott Trudeau participent à ces discussions cruciales à un niveau fondamental en présentant des perspectives épistémologiques, ontologiques, méthodologiques et éthiques sur la façon de penser et de réaliser le changement.
 
L’article collaboratif de Rajdeep S. Gill et Fabiola Nabil Naguib partage cette vision d’être au monde d’autres auteur.e.s féministes, queers et trans contemporain.e.s au Canada, qui prônent le recours à l’amour éthique pour analyser de manière critique cette conjoncture historique complexe. Nous pouvons observer, par exemple, des parallèles fascinants entre le concept de cognition du cœur de Gill et Naguib et la notion d’amour responsable de Kai Cheng Thom dans I Hope We Choose Love : A Trans Girl’s Notes from the End of the World (2019) en tant que méthodologies et onto-épistémologies du changement. Selon Gill et Naguib, la cognition du cœur « est une forme divergente de conscience qui peut nous sensibiliser non seulement à des modes de vie et d’être iniques ou incongrus, mais aussi à ce qui est libérateur tant sur le plan individuel que collectif » [Traduction]. Cette insistance sur la nécessité potentiellement paradoxale de concevoir des formes collectives de savoir et de sentiment est également au cœur de l’œuvre de poètes autochtones comme Joshua Whitehead et le recueil qu’il a édité Love After the End: An Anthology of of Two-Spirit and Indigiqueer Speculative Fiction (2020).

Gill et Naguib invitent les lecteurs de l’infolettre à réfléchir sur ce qui suit : « Et si nous ravivions nos connaissances et sentiments les plus profonds, en libérant nos cœurs, comme une carte pour mener une réflexion sur soi et sur le monde? » [Traduction] Cela implique un parcours éthique de bienveillance envers soi et envers les autres qui replace les questions de l’affect au centre de la réflexion critique. Les visions poétiques et critiques d’être au monde de Lucas Crawford, théoricien de l’affect lui-même, ont systématiquement remis en question les structures normatives de la connaissance et de l’être. Dans sa contribution pointue à cette infolettre, DÉCLARATION SUR LES CONTRIBUTIONS POTENTIELLES À LA DIVERSITÉ – un dossier de candidature pour un poste universitaire sous forme de poème –, Crawford livre une critique ironique de l’impact profond des propos institutionnalisés là où la diversité est trop souvent devenue un signifiant vide permettant d’effectuer des gestes superficiels temporaires d’inclusion au lieu d’un changement durable réel. Le poème se termine par ces lignes : « Oui. Étudiants. Je ne suis pas en mesure de déterminer ou de prédire ma “capacité à travailler auprès d’un corps étudiant diversifié”, mais je peux dire que je conduis ma personne désintégrée au travail, que je ne fais que de graves erreurs et que j’autorise les autres à faire de même. » [Traduction] Ici, la voix narrative place la désorientation, la vulnérabilité et l’échec comme des outils dignes d’une « réflexion sur soi et sur le monde » [traduction], pour reprendre les termes de Gill et Naguib.

En tant que chercheuse et clinicienne, Magaly Brodeur appelle également les membres de la Fondation Pierre Elliott Trudeau à effectuer un travail d’introspection, première étape essentielle pour faire face aux répercussions psychosociales de la pandémie de COVID-19. Les changements commencent par la connaissance de soi et la reconnaissance des limites de ses expériences et de ses perspectives disciplinaires, permettant ainsi l’expression de « constellations de savoirs », pour reprendre l’image évocatrice de Sousa Santos. Le développement d’alliances interdisciplinaires inattendues, comme nous y invite Brodeur, pourrait favoriser des réponses innovantes à la pandémie et aux mesures prises pour y faire face. La réflexion de l’honorable Louis LeBel sur les limites du droit et des processus judiciaires pour répondre aux inégalités socioéconomiques rendues si visibles par la pandémie illustre l’importance du dialogue interdisciplinaire pour aborder des questions complexes et multidimensionnelles.

C’est cette acceptation de l’inattendu, ainsi que le retour du familier, qui est au cœur de la contribution textuelle et visuelle de Sylvia D. Hamilton à l’infolettre. Des mélodies et des mots oubliés émergent dans ce texte, réunissant intimement le présent avec le passé dans leur banalité précieuse et leur « gamme vibrante de différences » [traduction], selon les mots d’Adrienne Rich qui ouvre cet article. La voix narrative s’interroge sur le lendemain; un avenir incertain à venir et à façonner, c’est pourquoi nous vous invitons ici à retourner dans cet espace, où « Tout a changé, le monde a changé... Il devrait être différent, il ne l’est pas, il ne l’est pas » [Traduction]. Mais il pourrait l’être.  

 
- Libe & Sophie

Poésie pour notre époque

Sylvia D. Hamilton, mentore 2008

« Mais bien souvent, la personne qui écrit un poème croit en et dépend d’une délicate et dense palette de différences; elle croit qu’un « je » peut devenir un « nous » sans effacer les autres, qu’il existe une langue partiellement commune, à laquelle les étrangers peuvent apporter leurs propres battements de cœur, souvenirs et images. Une langue qui a elle-même appris des battements de cœur, des souvenirs et des images des étrangers. »  (Adrienne Rich)
Tandis que la pandémie s’installait, il y a quelques mois de ça, je m’installais aussi. Des livres que j’avais oublié avoir possédés sont réapparus. Ma platine de 33 tours m’a fait signe. J’ai du temps pour trier, passer en revue, écouter. Savourer mes vieux morceaux préférés : Sunflower, de Milt Jackson, acheté dans les années 70, en écoutant en boucle le morceau « People Make the World Go Round »; la Symphonie du Nouveau Monde du compositeur tchèque Antonín Dvořák, dénichée dans un magasin de disques d’occasion à la fin des années 90 alors que je faisais des recherches sur le compositeur et arrangeur afro-américain Harry T. Burleigh; Sophisticated Ladies de Duke Ellington, qu’un.e ami.e m’avait emprunté et rendu bien des années après. 
Lire la suite

Pandémie, égalité et triage social

L’honorable Louis LeBel, mentor 2016

La pandémie déclenchée par la Covid-19 a posé à notre société des questions singulièrement fondamentales à l’égard de la nature de l’égalité entre ses membres et des droits à celle-ci.
Au-delà de la rhétorique juridique et raffinement des méthodes d’interprétation, elle nous a confrontés à des phénomènes de triage social.

Nous avons évité le triage appréhendé à l’entrée d’hôpitaux submergés par des vagues de patients. Ce triage s’est réalisé autrement et ailleurs à partir de l’âge, des origines sociales ou des niveaux de vie. Dans notre pays, le personnel des hôpitaux n’a pas eu à déterminer qui vivrait et qui serait condamné à mort.
 
Notre triage a fonctionné autrement. Au Québec et dans d’autres provinces, il s’est fondé sur l’âge d’abord. Ce ne fut sans doute pas délibéré. Ce fut toutefois, au moins en partie, l’effet de pratiques sociales bien établies quant à l’aménagement de la vie des couches plus âgées des populations.
Lire la suite

Le cœur comme voie du changement :
Réflexions sur la cognition du cœur en tant que vecteur de savoir et de savoir-être radicalement divergent

Rajdeep S. Gill (boursier 2016) et Fabiola Nabil Naguib (artiste, écrivaine et militante)

Un nombre croissant de personnes travaillant dans des milieux différents (recherche, politique, militantisme et art) axent leur réflexion, leur écriture et leur création sur l’état d’injustice du monde, sur la dynamique qui le nourrit, et sur les moyens de transformer leurs imaginaires, leur éthique et leurs actions. Heureusement, nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience que nous sommes tous et toutes dans le même panier et à vouloir participer, localement et globalement, aux changements à apporter tant à la société qu’à notre place dans la biosphère.

Fabiola Nabil Naguib, Archives Re/Imagined (1 of 4 in Series II), The Meaning of Life is Love, mixed media, varied dimensions, 2020. 

Souvent, en réfléchissant ou en agissant en faveur du changement, on tombe sur des « recettes » ou des prescriptions pour penser et amener ce changement. Nous sommes nombreux·euses à avoir une opinion sur la cause de la lenteur du changement, sur ce qui permettrait d’accélérer les choses et sur le type de changements à privilégier pour apporter du changement. Faut-il mettre l’accent sur l’anticolonialisme? S’agit-il de volonté politique? Du partage et de l’accès aux privilèges? D’intersectionnalité et d’autoformation? Faut-il réinventer nos institutions? Revoir notre système économique? S’agit-il de littéracie et de justice écologiques? Où et comment agir? Les possibilités sont infinies.
Lire la suite

DÉCLARATION SUR DE POTENTIELLES CONTRIBUTIONS À LA DIVERSITÉ
---Candidature à un poste universitaire, en poème---

Lucas Crawford, boursier 2007
 

La Chaire d’études LGBT, lors de mon entretien pour le poste en études LGBT, m’a demandé comment je m’identifiais parmi les LGBT des études LGBT.

J’ai été L, été G, été B, été T, je suis MOI,

ce qui ne veut pas dire que le MOI de quiconque soit libéré, ou ai transcendé,

ces lettres mortes.      Oh, venez, nous en avons un de vivant!

 

Je lui ai dit avoir un doigt (deux, généralement) dans chaque tarte.

[quatre et vingt gars trans ayant un peu trop fumé

dégomment des tartes aux cerises sures sans fourchette

avant les adieux du matin]

 

Les ergonomes s’accordent à dire que

les chaires sont mauvaises pour le derrière.

 

Lors de l’entretien suivant,

il fallait qu’il voie pour le croire.

Vous avez esquivé la question l’autre jour,

mais vous êtes quoi?

Lire la suite

Les impacts psychosociaux de la pandémie de COVID-19 et l’impératif du dialogue entre les disciplines

Magaly Brodeur, boursière 2009 

Alors qu’une course contre la montre est présentement en cours pour la découverte d’un vaccin pouvant neutraliser le coronavirus SARS-CoV2, les impacts collatéraux de la pandémie se font de plus en plus sentir dans les communautés.
Les mesures mises en place par les autorités de santé publique (confinement, distanciation physique, interdiction des rassemblements, etc.) ont des impacts majeurs sur la santé des citoyens. En effet, les impacts psychosociaux de la pandémie de maladie à coronavirus COVID-19 sont sans précédent (perte d’emploi, difficultés financières, perte des réseaux de soutien, détresse psychologique, anxiété, dépression, violence, maltraitance, consommation de substance, suicides, etc.).
 
En avril 2020, les premiers résultats de l’enquête canadienne sur les impacts psychosociaux de la COVID-19 ont révélé que le quart des répondantes et répondants présentaient des symptômes significatifs de stress et d’anxiété (UdeS Nouvelles, 2020). Ces symptômes combinés à l’augmentation de consommation de substances comme l’alcool et les drogues ont mené à des situations préoccupantes.
Lire la suite

Nous voulons avoir de vos nouvelles!


✍️ Vous avez envie d’écrire pendant le confinement de la COVID-19? Proposez-nous un article ou une histoire pour la prochaine infolettre des ancien.ne.s.
Communiquer avec nous
Twitter
Facebook
Website
Instagram
LinkedIn
Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.